LE RÊVEUR DE LA FORÊT // OUVERTURE DE L'EXPOSITION LE 27 SEPTEMBRE

EXPOSITION DU 27 SEPTEMBRE 2019 AU 23 FEVRIER 2020

Guillaume Apollinaire | Karel  Appel | Jean Arp  |  Bard Patrick | Christophe Berdaguer et Marie  Péjus | Hicham Berrada | Joseph Beuys | Constantin Brancusi | Victor Brauner | Marc Couturier | André  Derain | Jean Dubuffet | Max Ernst | Pascale Gadon- Gonzalez | Paul Gauguin | Alberto Giacometti | Natalia Gontcharova | Félix Gresset | Jean-Luc Hervé | Eva Jospin | Laurie Karp | André Masson | Ariane Michel | Edvard Munch | Eadweard  Muybridge | Estefania Peñafiel Loaiza | A. R.  PENCK | Giuseppe Penone | Javier Pérez | Pablo Picasso | Laure Prouvost | Bernard Réquichot | Germaine Richier | Auguste Rodin | Séraphine de Senlis | Raoul Ubac | Maurice de Vlaminck |  Theo Wiesen  | Ossip Zadkine

« Les sculpteurs de ma génération […] et moi-même pouvons être considérés comme les continuateurs de l’antique tradition de ces tailleurs de pierre et de bois qui, partis de la forêt, chantaient librement leurs rêves d’oiseaux fantastiques et de grands fûts d’arbres. » Ossip Zadkine, Civiltà delle macchine, Rome, n°1, 1963

Puisant à des sources multiples – poésie, philosophie, sciences – Le Rêveur de la Forêt croise les époques, les médiums et les genres. L’exposition réunit presque une centaine d’œuvres d’une quarantaine d’artistes. Grâce à des prêts exceptionnels de musées, de collections privées ou d’artistes, elle éclaire de manière inédite l’œuvre d’Ossip Zadkine, la matérialité vivante caractéristique de ses sculptures et leur lien organique à la forêt. Autobiographique, le titre renvoie au sculpteur, à son attachement intime à la forêt.
L’exposition interroge la fascination faite de peur et d’enchantement mêlés que suscite la forêt dans l’imaginaire commun. Refuge du vivant, du sauvage, du sacré, le monde sylvestre représente ce qui échappe aux entreprises humaines de domestication et de rationalisation du monde ; ce qui leur préexiste et leur survivra.
Dans un contexte marqué par la montée de préoccupations environnementales et écologiques, ce projet engage une réflexion anthropologique et artistique autour d’un thème qui a donné naissance à de nombreux chefs - d’œuvre dès les débuts de la révolution industrielle, et qui reste d’une brûlante actualité chez les artistes contemporains.
Guidé par des veilleurs visionnaires qui, pour nourrir leur art ou le régénérer, réellement ou métaphoriquement, font de multiples aller-retours jusqu’au cœur du monde sauvage, le visiteur effectue une promenade de l’orée des bois à l’écosystème naturel et jusqu’aux mystères de la forêt. Une découverte de l’évolution et de la transformation du regard porté sur la forêt, organisme vivant, perçu par certains comme refuge de force vitale, à travers un parcours en troistemps : La lisière - Genèse - Bois sacrés, bois dormants.

La lisière
Espace de liberté ou d’ensauvagement, « la lisière » de la forêt représente l’une des frontières physiques et symboliques du monde civilisé. Les artistes de la modernité – Gauguin, Derain, Picasso – ne cessent de franchir ce seuil en quête de renouveau, fascinés autant par le « modèle » de la nature sauvage que par l’exemple des « primitifs » : formes brutes et expressives des arts extra-occidentaux, formes archaïques, arts populaires, art brut.
Chez Zadkine, ces influences croisées se retrouvent, des Vendanges à ses « totems » de bois encore tout empreints de leur histoire végétale. Son enfance russe s’y lit en filigrane, comme chez Natalia Gontcharova : la forêt y révèle une infinie puissance d’invention de récits et de formes.
Après-guerre, la forêt est encore un modèle pour Giacometti qui l’assimile à la communauté humaine. Chez Dubuffet au contraire, l’homme disparaît au profit des Matériologies sylvestres.
Les artistes contemporains - Ariane Michel, Estefania Peñafiel Loaiza - nous rappellent, à l’heure de la destruction avancée de la forêt, le danger de la coupure entre l’homme et la nature, et la nécessité de maintenir ou de restaurer les points de passage entre la civilisation et la forêt.

Genèse
La forêt apparaît comme l’image d’une matrice du vivant, création - originelle et perpétuelle - chez Séraphine de Senlis. Des phénomènes naturels tels que la morphogénèse (processus de naissance des formes) et la photosynthèse deviennent des modèles de création artistique chez Jean Arp et Marc Couturier.
Mais la forêt symbolise également le dépassement des catégories rationnelles et dualistes : c’est au cœur d’une jungle – celle du Douanier Rousseau – que Victor Brauner fait apparaître son Congloméros, créature hybride. Un monde complexe, mouvant, se révèle au-delà des oppositions entre les humains et non humains comme dans les sculptures de Laure Prouvost et de Javier Pérez ; entre les sexes, que l’Hermaphrodite de Zadkine fusionne ; entre l’individu et le paysage, qui communiquent à travers le regard / miroir de Giuseppe Penone.
La forêt nous rappelle que nous sommes partie prenante d’un milieu, où tous les êtres nouent des alliances pour la vie. Tous y sont également soumis aux lois de l’entropie, de la dégradation et de la génération mêlées. C’est de cette ambiguïté, taboue aussi bien dans la société que dans le champ de l’art, que s’emparent André Masson ou Hicham Berrada.

Bois sacrés, bois dormants
Grande inspiratrice de légendes, contes et croyances, la forêt cristallise les projections collectives et intimes. Zadkine dès son enfance a intériorisé, puis fréquemment revisité les mythes antiques qui lui sont liés, dans d’immenses statues-colonnes telles que l’insaisissable Daphné.
Autour de ces figures de la métamorphose se déploie dans l’atelier tout un monde de créatures sacrées ou imaginaires, merveilleuses ou menaçantes. « Le bois sacré » est peuplé d’un bestiaire fantasmé de Jean Carriès, à Laurie Karp, en passant par Joseph Beuys.
La forêt est aussi l’une des images de la psyché, révélée dans le sommeil ou par la création comme en témoignent les œuvres de Rodin, du duo Berdaguer et Péjus… Elle se mue chez Ernst en univers onirique qui semble échapper aux lois de la raison. Signes à déchiffrer, transes et substances psychédéliques, les forêts « pensent » en images selon l’anthropologue Eduardo Kohn.
Un « bois dormant » aussi touffu que celui des rêves et des peurs ancestrales dans la Forêt noire d’Eva Jospin, une forêt inconsciente pour accéder à cet autre en nous, ce sauvage qui nous est nécessaire et qui, comme nous le montrent les artistes, insiste.

Commissariat scientifique

Noëlle Chabert, directrice du musée Zadkine
Jeanne Brun, directrice du FMAC

Assistante d’exposition : Léa Jauregui                                                   

 

Publication
Un catalogue de  176 pages avec illustrations, 29,90 € - Ed. Paris Musées - ISBN : 978-2-7596-0439

Offre culturelle autour de l'exposition
NUIT BLANCHE – Le 5 octobre  2019 / OUVERTURE EXCEPTIONNELLE DE L’EXPOSITION DE 19H À 23H -  entrée libre
En janvier - Journée d’étude en collaboration avec l’ENSAD

Activités
ateliers, visites-conférences tous publics individuels et groupes
Informations, réservation : tél. 01 84 82 14 55/ EPPM-zadkine.reservations@paris.fr

Informations pratiques

Exposition présentée du 27 septembre 2019 au 23 février 2020
Tous les jours sauf le lundi et certains jours fériés (fermé le 25 décembre, le 1er janvier) de 10h à 18h - dernière entrée 17h30
Les expositions se déployant à l'ensemble des espaces du musée, l'entrée au musée Zadkine est payante lorsqu'une exposition y est présentée.

Tarifs
Plein : 8 €  - Réduit : 6 €  - gratuit pour les moins de 18 ans Conditions gratuités et réductions

Accès

MUSEE ZADKINE
100 BIS RUE D'ASSAS
75006 PARIS

METRO ligne 12 Notre Dame des Champs, ligne 4 Vavin
RER B Port Royal
Bus : 83, 38, 91,82, 58



Give your opinion