Tête de femme

  • OSSIP ZADKINE

    Tête de femme

  • 35 x 17 x 25,3 m
    Achat de la Ville de Paris sur les fonds du legs Valentine Prax, 2009
    Ancienne collection Eileen Gray
  • [1924]
  • Pierre calcaire, incrustation de marbre gris et rehauts de couleur
  • Inv. 2009.1.1
  • Musée Zadkine
  • Salle 3

Cette tête en calcaire aux yeux incrustés de marbre gris a été sculptée par Zadkine dans les années 1920. Elle a donc vue le jour dans son atelier de la rue Rousselet qu’il occupa jusqu’en 1928, date de son déménagement rue d’Assas. Elle a été acquise par le musée Zadkine sur les fonds du legs en 2009.

Elle a longtemps appartenu à la célèbre décoratrice d’origine irlandaise, Eileen Gray. Dans les années 20 Eileen Gray possédait une galerie rue du Faubourg Saint-Honoré sous le nom de Jean Désert où elle présentait ses créations (lampes, laques, paravents, tapis). Zadkine fut invité à y exposer ses sculptures. Selon toute vraisemblance, c’est à cette occasion qu’Eileen Gray fit l’acquisition de la tête présentée ici.

Une anecdote charmante est rapportée par Peter Adam, le biographe d’Eileen Gray, à propos de cette pièce que l’on voit à l’arrière plan d’une photographie sur la cheminée de l’appartement parisien de la décoratrice, rue Bonaparte.  « Un jour une bonne trop zelée entreprit de lui donner un bain. A son grand effroi – et à l’amusement d’Eileen – le rouge des lèvres disparut. Zadkine appelé au secours, accepta volontiers de les repeindre ».

Zadkine a sculpté un très grand nombre de têtes. Seules trois d’entre elles - dont la tête présentée ici - ont cependant les yeux incrustés et les lèvres peintes.  Cette tête est emblématique de la stylisation raffinée des formes dont procède l’art de Zadkine dans les années vingt.

Cette stylisation volontairement primitiviste atteint alors chez lui son point d’équilibre.