A PARTIR DU 28 SEPTEMBRE 2018 // OSSIP ZADKINE - L'INSTINCT DE LA MATIERE

Ossip Zadkine, Le Fauve, 1921, bois doré Collection musée de Grenoble photo Jean-Luc Lacroix

OSSIP ZADKINE - L'INSTINCT DE LA MATIERE

DU 28 SEPTEMBRE 2018 AU 10 FEVRIER 2019

À l’occasion du 130e anniversaire d’Ossip Zadkine, et grâce à des prêts exceptionnels, son musée lui rend hommage en mettant en lumière son lien particulier à la matière. L’exposition  permet d’appréhender le dialogue intime et instinctif instauré par l’artiste avec les différents matériaux qui deviennent pour lui « puissances formelles » captées par le geste de l’artiste. »

Pour l’artiste russe  (Vitebsk 1888 – Paris 1967), la matière est toujours « première ». Il sait, il sent qu’elle est porteuse d’une vocation formelle. Question d’instinct.

L’exposition retrouve ce lien instinctif avec les matériaux, puissances formelles, formes en gestation - les veines et les nodosités du bois, la densité et les particules de la roche, la fluidité de l’encre ou de la gouache… « Inductives», les matières sont riches d’une dynamique, d’une poussée que le geste du tailleur ou la main du dessinateur doit capter en retour,  accompagner ... d’instinct.

« Du dialogue avec la matière nait le geste de l’homme », confie Zadkine à Pierre Cabane (Arts, 1960).  Ce dialogue conduit à questionner le rapport dialectique de la matière avec les techniques de l’artiste/artisan. L’authenticité – la vérité – de la création plastique passe par ce rapport de correspondance avec la matière que Zadkine n’aura cessé d’éprouver.

Inédite, l’approche proposée  souligne la richesse plastique et la force intérieure d’une œuvre attachée, dans sa modernité même, à préserver la nécessité vitale du lien de l’homme à la nature, à chercher la symbiose entre le flux des matières et le flux des sensations.

COMMISSARIAT

Noëlle Chabert, commmissaire, Conservateur général du patrimoine, Directrice du musée Zadkine
Jérôme Godeau

Adélaïde Lacotte, assistante d'exposition

Donnez votre avis