D'une maison atelier à un atelier-musée

Bien qu’ayant fait l’objet d'aménagements successifs, cet atelier-musée est néanmoins resté fidèle à son identité originelle double, de lieu de vie et de création, ce qu’apprécient fortement les visiteurs, séduits par l’atmosphère qui s’en dégage. C’est l’un des rares ateliers de sculpteurs - avec celui d'Antoine Bourdelle - qui ont pu être sauvegardés à Paris, témoignant du Montparnasse des artistes.

Dédié à la mémoire et à l’oeuvre du sculpteur d’origine russe Ossip Zadkine (1890-1967), qui vécut et travailla dans la maison et les ateliers qui l’abritent, de 1928 à 1967 ; ce lieu conservatoire a été inauguré en 1982. Il a été créé grâce au legs consenti par Valentine Prax, veuve du sculpteur, elle-même artiste peintre, à la Ville de Paris, instituée légataire universelle de ses biens.

A l’occasion de ses trente ans, devenu – au terme d’une année de travaux - accessible à tous, le musée a rouvert ses portes, fort d’une identité repensée, doté d’un nouvel espace d’accueil, riche d’une présentation plus ample de ses collections, conçue au plus près de l’esprit d’atelier.
Dans la maison et les ateliers où Zadkine et son épouse vécurent et travaillèrent pendant près de cinquante ans, un nouveau parcours attend le visiteur, se déployant autour du jardin-havre de ce lieu de mémoire et de charme. Dans la nudité d’espaces rendus à leurs volumes d’origine, sous la lumière des verrières qui font vivre les oeuvres au rythme des saisons, bois, pierres et terres dialoguent, renvoyant silencieusement au monde de l’atelier.